Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fête du Livre de Saint-Étienne

Publié le par Joanne

Vous l'attendiez tous (ne mentez pas, vous en aviez perdu le sommeil), voici mon compte-rendu de la Fête du Livre de Saint-Étienne ! Alors, comment ça s'est passé ? Parce que niveau challenge, on était lourd : je me suis lancée dans ce deuxième Salon en ayant beaucoup flippé sur celui d'avant, sans être accompagnée de Monsieur J, et avec pour mission de rencontrer mes toutes premières classes. Rien que ça ! Cela dit, je m'étais bien préparée les week-ends précédents avec le tournage d'un court-métrage et un saut à l'élastique (rien que ça BIS). Mais est-ce que ça a payé ? Je vais être honnête tout de suite, si vous n'aimez pas les articles dégoulinants de gratitude/amour/emphase, mieux vaut tourner les talons : ce Salon a dépassé les espérances... En fait, tout me manque déjà ! Y compris la tenue de la nana sur l'affiche.

Fête du Livre de Saint-Étienne

Alors commençons par le début : l'intervention scolaire.

Je devais rencontrer une classe de 5e et une autre de 3e, pour discuter de Marquise et du métier d'auteur. Plutôt cool, d'autant plus que Thibaud Vérin, l'enseignant documentaliste avec qui j'étais en contact par mail était motivé et sympathique. Oui mais voilà, quand on ne s'est jamais prêté à un exercice, on a toujours la boule au ventre... Puis soyons honnêtes, c'est très TRÈS bizarre de retourner à l'école, surtout pour passer de l'autre côté du bureau. Je me suis donc rendue au Collège la Salle Saint-Louis (les jambes flageolantes) puis j'ai pénétré dans le CDI... Et là, j'ai découvert que l'endroit avait été décoré façon château de Versailles et qu'un buffet était dressé pour le goûter (genre Muffins et brochettes de Marshmallows, la base). Mais surtout, j'ai rencontré des ados souriants et généreux, qui avaient énormément bossé en amont et étaient impatients de me recevoir. Parmi eux se cachait même THE Prince Charmant...

Fête du Livre de Saint-Étienne
Fête du Livre de Saint-Étienne
Fête du Livre de Saint-Étienne
Fête du Livre de Saint-Étienne

On a donc échangé pendant plus d'une heure, au gré de questions frappantes de fraîcheur et d'intelligence. Si vous lisez cet article, les collégiens, je vous remercie pour votre curiosité, votre spontanéité et votre énergie : c'était communicatif ! La cerise sur le gâteau, ça a été la scénette de théâtre qu'on jouée 4 élèves : la suite de Marquise. Un super moment, touchant et imaginatif. Pour résumer cette rencontre, je dirais donc que l'école, c'est carrément cool. Et je comprends mieux ceux qui y retournent, maintenant...

Fête du Livre de Saint-Étienne
Fête du Livre de Saint-Étienne
Fête du Livre de Saint-Étienne

Ensuite, le Salon en lui-même.

J'ai dédicacé vendredi soir, samedi et dimanche sur le stand "Jeunes Adultes" du grand Chapiteau de l'Hôtel de Ville. Je sais, cette phrase est très jolie. Et ça s'est hyper bien passé, notamment grâce aux libraires qui ont été aux petits soins pour les auteurs, entre les viennoiseries, les anecdotes, les infusions, la réactivité, le café, les ragots, les cigarettes, les sourires. Un immense Big-Up à Gérald, l'une des plus belles rencontres de ce Salon ! À cause de toi, j'ai arrêté d'arrêter de fumer, mais j'ai passé des moments au top, comme en témoigne ma chemise cool qui rayonne sur notre photo magnifique !

Fête du Livre de Saint-Étienne

En plus de ça, il y a eu l'hôtel life.

Une partie vraiment pas dégueu dans la vie d'un auteur. Perso, j'adore les petits savons emballés, ces chambres qui sont à toi sans être à toi, les croissants le matin, le resto le midi, la douche du soir (avec ce minuscule flacon de shampoing que tu n'utiliseras que cette fois-là), le resto en solo, le tram le lendemain (même si tu n'es pas sûr d'être dans le bon), le taxi la nuit, les bruits dans les couloirs de l'hôtel, tous ces gens qui comme toi vivent là pour de faux, puis la mélodie d'une ville et d'une vie inconnues. Bref, l'hôtel life.

Et il y a un dernier paramètre, de loin le meilleur.

La rencontre avec les autres auteurs. 

Si vous trouvez l'emphase indigeste, je vous renouvelle mon conseil de stopper votre lecture, parce que là, j'ai rencontré tellement de gens adorables et mémorables que pour en parler, je vais devoir partir sur une liste de noms accompagnés de petites périphrases mignonnes. C'est dire ! On a donc Insa Sané et son rire, magistral pour ponctuer les blagues Carambar. Sabrina Bensalah, qui n'a pas voulu faire de photo mais ça fait rien, je me souviens de ton sourire. Charlène, le concentré de patience et de pétillance (oui, tu as droit à ton néologisme). Mélanie et Nordine, les intrépides organisateurs dont j'admire les épaules (grosse solidité). Fabien Saint-Val, THE rayon de soleil. Jane Devraux et Fleur Hana, les voisines de table qui rendent tout drôle, même les gens pas très drôles. Jean-Marc Fiess, les débuts et fin de journée en douceur. Manon Fargetton, la preuve que la solitude ou l'isolement ne sont pas des options. Samantha Bailly, une bourrasque de détermination en forme de jeune femme. 

Vous tous, je ne vous félicite pas...

Vous avez été tellement [trouver un adjectif à la hauteur] que maintenant, vous me manquez déjà... Et je n'ai plus qu'une envie, vous retrouver tous en Salon. C'est malin !

Fête du Livre de Saint-Étienne
Fête du Livre de Saint-Étienne
Fête du Livre de Saint-Étienne
Fête du Livre de Saint-Étienne
Fête du Livre de Saint-Étienne

Ça en fait du beau monde ! Si on ajoute à ça les lecteurs (curieux, à conquérir, timides, en meute, mitigés ou bavards), on obtient l'effervescence qui a caractérisé ce Salon. 

Mais un sujet moins clinquant maintenant : l'angoisse.

Comment j'ai géré ? Non parce que c'était un sacré défi de partir 3 jours toute seule à l'aventure, sans personne sur qui m'appuyer. Je ne pensais pas avoir l'assurance de le faire, ni de me débrouiller dans la ville ou de gérer le stress/trac aussi bien. Et pourtant. Il y a eu pendant cette Fête du Livre une entraide et une bienveillance entre auteurs qui m'a tout simplement galvanisée. Et j'ai compris qu'il n'était pas impératif d'avoir une grosse confiance en soi pour affronter les Salons : ce sont les Salons qui donnent confiance et boostent l'ego. Je sais, venant de moi, ça vous en bouche un coin. Je peux même aller plus loin : dans le train qui me ramenait à Grenoble, je me suis surprise à être extrêmement à l'aise, cool, à sourire à tout le monde (ça lui faisait drôle d'ailleurs, à ce monde). Bon, je vais progressivement redevenir l'ours mal léché que vous connaissez, mais voilà, je l'ai ressenti en profondeur. Entrer en contact avec l'autre, être dispo et accessible, c'est facile. Ça demande même vachement moins d'effort que de se méfier ou de tirer la tronche. Et ça se constate dans ce genre d’événement : tout le monde s'adresse la parole, se sourit, se palpe. Pendant 3 jours, l'énergie circule et bouscule. On reçoit, on donne, c'est fluide. Bien sûr, la réalité est plus féroce que dans cette bulle, mais vivre ça, cette gifle de bonheur, ça donne franchement envie d'avancer.

Alors MERCI à tous, du fond de mon petit cœur fatigué ❤

Commenter cet article

Michèle Beck 11/10/2017 11:05

Moi qui suis un ours mal léché aussi, totalement flippée par ce genre de truc, j'avoue que ça donne carrément envie tout ça ! Je suis bien contente pour toi :)

Joanne 13/10/2017 16:03

Je crois que la clé c'est de faire confiance (à soi mais aussi aux autres), mais surtout de profiter de son moment... Après tout, on est là pour kiffer, pas subir ou prouver des choses !

DF 10/10/2017 13:27

Venu de Suisse pour donner la traditionnelle dictée de la Fête du Livre, je suis aussi rentré, hier, de Saint-Etienne... un beau souvenir, et une seule envie à présent: remettre ça l'an prochain. Idéalement avec un livre de ma main sous le bras...
Je vous souhaite beaucoup de succès!

Joanne 10/10/2017 14:06

Oh oui, vivement la prochaine édition...
Qui sait, nous nous y croiserons peut-être ;)
La réussite pour vos aussi !